RBQ: 5753-5866-01
438-879-0907
mail@interoi.com
VOTRE SÉCURITÉ, NOTRE PRIORITÉ

« Ce n’est pas la tension qui nous tue, mais le courant »

« Ce n’est pas la tension qui nous tue, mais le courant »

électricien à Mascouche, électricité Montréal, électricien à Terrebonne, électricité Laval, service électriques, Interoi électrique, panneau électrique, changement panneau électrique, luminaires, changement prise

En principe, cette expression est correcte. Le courant électrique est ce qui cause des blessures au corps. Mais la tension est également importante! Le courant électrique ne peut exister seul: il doit y avoir une certaine chute de tension pour qu’il y ait un mouvement d’électrons à travers le corps de la victime. Pour ceux qui ne se souviennent pas de l’heure de l’école, voici la relation entre électricité, tension et résistance:

E = I x R

Il est facile de comprendre à partir de cette formule qu’à mesure que la tension augmente, à la même résistance, l’intensité du courant augmentera.

Le corps humain a sa propre résistance, c’est-à-dire qu’il s’oppose, dans une certaine mesure, au passage du courant électrique.

Plus la tension est élevée, plus la quantité d’électrons traversant le corps est élevée.

Ainsi, bien que ce soit le courant qui cause les dommages, la tension est également un facteur important pour mesurer l’impact que le contact avec une source de courant peut avoir sur le corps.

QUELLES SONT LES VALEURS DANGEREUSES DES COURANTS?

Les choses ne sont pas si simples. Le corps humain est différent d’un individu à l’autre. La résistance à laquelle il s’oppose dépend de plusieurs facteurs, dont la constitution physique de chacun. En revanche, quelle que soit la valeur du courant dans la source d’électricité avec laquelle la personne entre en contact, la solidité du contact entre l’humain et la source est importante, que nous soyons secs sur les mains ou non (l’humidité décroisse la résistance) etc.

Cependant, des valeurs ont été établies au fil du temps indiquant les effets de l’électricité sur le corps.

EFFETS DES CHOCS ÉLECTRIQUES SUR LE CORPS

Des brûlures

L’électricité peut brûler profondément les tissus. La combustion est générée par la dissipation d’énergie sous forme de chaleur qui résulte de l’opposition (résistance) du corps au passage du courant à travers lui.

Système nerveux

Un autre effet du courant électrique sur le corps, probablement le plus dangereux, est sur le système nerveux. Si un courant électrique suffisamment important traverse un organisme, ce courant surchargera le système nerveux, empêchant les muscles d’agir à travers des signaux normaux. Lorsque les muscles sont entraînés par une source externe de courant, ils se contracteront involontairement.

Impossibilité de libération de tension

Nous savons tous qu’il existe des situations dans lesquelles la victime du choc électrique ne peut pas se détacher d’un élément du circuit électrique (une barre, un fil, etc.). L’impression est que la victime adhère à l’élément vivant.

Que se passe-t-il vraiment? Les muscles des avant-bras chargés de contracter les doigts sont mieux développés que ceux chargés de les étirer. En l’absence de contrôle volontaire des muscles, en raison de la « prise de contrôle » par le courant électrique, les muscles « contractants » gagneront, et la personne sera obligée de serrer la main et de le garder ainsi.

Si le conducteur touche exactement la paume de la main, ce serrage forcera la main à saisir fermement le fil dans la main conduisant à une aggravation de la situation en raison de l’excellent contact entre le corps et le fil à travers la main.

La victime ne pourra pas quitter le fil sans aide extérieure. Une force considérable est nécessaire pour détacher la victime de la source actuelle. Pour éviter les chocs électriques, le «sauveteur» doit utiliser un objet non conducteur d’électricité, tel que du bois sec.

Fibrillation et arrêt cardiaque

Le muscle qui contrôle le cœur peut également être bloqué par l’effet du courant électrique.

Même des courants beaucoup trop faibles pour induire normalement un «collage» à l’élément vivant sont suffisants pour déstabiliser le bon fonctionnement du cœur.

L’induction de la fibrillation (disparition du rythme normal et apparition d’une arythmie) rend plus efficace l’acte de pomper le sang vers les organes vitaux du corps; il existe un risque de décès par asphyxie ou arrêt cardiaque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.